Pour rentrer dans la Zone, joue dans les zones… (1)

seviceS’il y a bien une chose qui m’a amusé durant mes heures d’entraînement quand j’étais jeune, c’était lorsque notre professeur nous demandait d’éclater des tubes de balles ou des bouteilles d’eau au service. Il me semble, aujourd’hui encore, que je ne servais jamais aussi bien que durant ces moments-là.

D’ailleurs, j’aime donner cet exercice très ludique à mes « progresseurs » car cela les motive particulièrement. Toi aussi, je pense, non?

Dernièrement, en formation, un des animateurs nous a demandé quel était le coup que l’on préférait réaliser en situation de jeu. Nous devions ensuite justifier notre réponse en essayant de comprendre pourquoi nous avions choisi tel ou tel geste.

Il fut amusant de constater que la plupart des participants ont choisi un coup difficile répété une multitude de fois à l’entraînement avec un objectif bien précis à atteindre.

Pour ma part, je me régale du passing shoot court croisé très lifté car je sais très bien où doit aller ma balle parce qu’un génial moniteur nous avait donné un « truc » infaillible que je te livrerai aujourd’hui même…

errreur tennisCombien de fois ne voit-on pas des joueurs rater une balle facile car, au dernier moment, ils ont « changé d’avis ». Rien que durant ma soirée de cours d’hier c’est arrivé au moins dix fois… Cela te rappelle-t-il de mauvais souvenirs à toi aussi?

Enfin, les moyens technologiques étant ce qu’ils sont, il est toujours intéressant de voir, lors des grands tournois, les impacts de balles des joueurs et d’en tirer des conclusions tactiques évidentes. Nelson Monfort reste le plus prolixe à ce petit jeu-là…

playsightA ce sujet, les stages de la « Sven Groenenveld (le coach de Maria Sharapova) Academy » à Amsterdam ont un succès grandissant, malgré leur coût astronomique, car ils proposent de faire jouer les participants sur un terrain « Play Sight » muni de 5 caméras qui analysent le jeu de la manière la plus scientifique possible, vitesse de balle, trajectoire, déplacements…

Voilà une bien longue mais très illustrée introduction qui pourrait facilement se résumer par cette belle phrase d’Olivier Letort :

« le tennis, c’est avant tout un sport de CIBLES… »

Et on a tendance à l’oublier trop souvent.

Et pire encore, à ne pas y penser.

Car, afin de fermer la porte une bonne fois pour toute à tes pensées parasites fort envahissantes, voilà un bien beau moyen pour fixer ton attention de manière soutenue à ce que tu as réellement à faire. En étant dans le « ici et maintenant ».

Car, ce sur quoi doivent s’orienter tes pensées en jouant, ce sont principalement les ZONES précises dans lesquelles tu dois jouer ta balle. En rapport à la tactique que tu as mise en place ou aux différentes occasions qui se présentent.

ferrer zoneTu sais que ton cerveau ne comprend que le langage imagé. Il est remarquablement fort pour cela. Donne-lui alors l’information qu’il demande, la zone où tu veux placer la balle, et il transmettra ainsi de la manière la plus performante les renseignements nécessaires à ton corps afin de réaliser ce que tu lui as demandé.

Sans jugement, sans crispation et avec un relâchement remarquable car rien ne peut perturber un courant limpide et précis…

Dans ces deux articles, je te présenterai les différentes zones que je préconise. Elles sont le fruit de mes apprentissages et de mon expérience personnelle. J’apprends encore beaucoup à regarder jouer mes élèves, tant en cours qu’en compétition…

Celui-ci traitera des zones plus défensives et la semaine prochaine, je te dévoilerai les zones offensives et les différentes subdivisions du terrain qui sont intéressantes pour la fixation de tes objectifs.

Cette liste est loin d’être exhaustive et tu as très certainement déjà en tête tes propres idées. Tes propres zones. N’hésite jamais à les partager avec nous.

DSC_0009 (2)Quand tu joues contre un adversaire qui met beaucoup de pression, tu te sens souvent débordé. Fixe donc alors ton attention sur la longueur que tu dois mettre dans la balle en cherchant constamment à jouer dans la zone rectangulaire jaune située derrière la ligne du terrain des 18 mètres des plus jeunes. Visualise-la un maximum à ta frappe… Travaille cela à l’entrainement.

Tu éviteras ainsi que ton adversaire avance systématiquement dans le terrain en le maintenant derrière sa ligne de fond. Il lui sera ainsi plus difficile d’accélérer toujours plus.

N’oublie pas non plus que ce qui permet au sauteur en longueur d’atterrir le plus loin de la planche d’appel, c’est, après sa vitesse, la hauteur à laquelle il s’élèvera. Au plus haut il montera, au plus il mettra de temps et… de longueur à arriver dans la fosse de réception.

N’hésite donc jamais à relever ta balle comme il se doit pour lui permettre de rebondir le plus loin dans la zone jaune de défense…

Lorsque ton adversaire monte à la volée, dans un premier temps relâche-toi, prépare-toi au plus tôt et va vers la balle en te persuadant déjà qu’elle passera le filet qui est ton premier objectif. Ton adversaire a peut-être une bien piètre volée, il serait regrettable de commettre l’erreur avant lui, non?

Ensuite, essaie de décider assez rapidement ce que tu comptes faire, lober ou passer… Utilise le lob comme dernière arme, quand tu te sens complètement débordé.

DSC_0005_1 (2)Si tu croises ton passing, ne recherche pas la longueur mais essaie de croiser court et lifté dans le triangle vert opposé à ta frappe. C’est le coup dont je raffole et dont je te parlais en début d’article. Mon génial professeur avait nommé ce triangle, le « Triangles des Bermudes » en rapport à une zone géographique imaginaire de l’océan Atlantique qui aurait été, selon la légende, le théâtre d’un grand nombre de disparitions de navires et d’aéronefs. Joué dans ce triangle, ton passing a de fortes chances d’être gagnant. Toi aussi tu feras « sombrer » ton adversaire.

Si par contre tu choisis de jouer le long de la ligne, imagine et visualise un second couloir en face de toi et frappe  ta balle calmement en recherchant ce long couloir, ce long rectangle vert

Mes « progresseurs » ont remarqué que toutes les zones de passing mises ensemble forment une maison ou une flèche que l’on doit essayer d’éviter à tout prix. Essaie toi aussi…

Enfin, je terminerai par te parler d’un coup, comme le service d’ailleurs, pour lequel on ne prend pas assez de temps à l’entrainement. Ce qui est regrettable car, en compétition, tu sers ou reçois un jeu sur deux et tu sais comme moi combien l’engagement et le retour sont d’un importance capitale car ce sont les deux premiers coups à effectuer.

Pour le retour, plusieurs choix s’offrent à toi. N’oublie pas que la balle de ton adversaire arrivera plus rapidement que d’habitude (car frappée plus fort de haut en bas), tâche donc en premier lieu de raccourcir ta préparation afin de jouer la balle devant toi….

DSC_0003_1 (2)Tu peux décider de jouer fort et long en plein centre du terrain dans le demi-cercle rouge. Un retour dans les pieds et rapide n’est jamais facile à négocier.

Si tu prends l’option de jouer le long de la ligne, ce qui est intéressant puisque ton adversaire a servi du côté opposé, imagine le rectangle rouge face à toi, visualise le et laisse faire ton bras accomplir le reste tout en relâchement.

Si tu croises, ne joue pas trop long. Un peu comme si tu jouais dans un terrain de 12 mètres auquel on a fait subir une légère rotation. Cette balle relativement courte et croisée est très efficace car, après le service, il est toujours plus difficile de démarrer rapidement…

Voilà donc quelques idées qui ont déjà fait leurs preuves.

N’hésite jamais à travailler cela à l’entrainement. La visualisation est un exercice à répéter régulièrement et demande beaucoup de persévérance. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle…

A toi de passer à l’action et n’oublie pas de partager tes propres expériences avec nous…

 

 

 

 

 

 

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *