La confiance en soi 3. Niveaux de compétence et boucles de développement

bouclesTu te rappelles de tes trois zones d’apprentissage et qu’il te faut donc, régulièrement, « sortir de ta zone de confort et rentrer dans ta zone de défi » afin d’évoluer et gagner en confiance en toi.

J’aimerais aujourd’hui attirer ton attention sur un phénomène que l’on observe fréquemment chez la plupart des gens et de la majorité des sportifs en réalité. Nous avons trop souvent tendance à « stagner ». Pourquoi ?

Pour répondre à cette question en t’expliquant le cadre des niveaux de compétence et les boucles de développement, je te propose de partir d’un exemple que tu connais bien parce que tu l’as très certainement vécu.

Maud 4 (2)Il y a plusieurs années, tu n’avais pas encore touché une raquette et ne savais même pas que tu allais pratiquer ce sport. Tu étais au premier niveau de compétence, celui de l’Incompétence Inconsciente.

Un jour, tu as eu l’envie de commencer à jouer. Tu t’es mis EN ACTION, tu as emprunté une raquette et tu t’es aventuré pour la première fois sur un terrain afin de voir de quoi il en revenait en réalité. Tu as tenté de frapper sur les balles comme tu le sentais et tu t’es rendu compte que… « ce n’est pas si simple ».

Tu t’es donc mis en situation d’inconfort (zone de défi) en osant te mettre dans le second niveau de compétence, celui de ton Incompétence Consciente.

Comme tu es quelqu’un de sensé et volontaire, tu t’es remis EN ACTION. T’étant rendu compte de tes manquements, tu as décidé d’apprendre afin de progresser. Tu as fait appel à un professeur, tu as appris, tu t’es formé.

Tu t’es à nouveau lancé un nouveau défi : celui de jouer au tennis avec une technique qui te permet d’économiser un maximum d’énergie afin de pouvoir frapper cette balle haut dessus du filet et dans les limites du terrain adverse le plus souvent possible.

Ensuite, tu t’es remis EN ACTION et tu as beaucoup joué en tentant de mettre en pratique tous les conseils prodigués. Tu es bien logiquement passé au troisième niveau de compétence, celui de la Compétence Consciente. Tu es devenu un « progresseur ».

DSC02076 (2)Tu devrais être en situation de confort. Mais, ton cerveau alors, parce que tu n’as pas appris à le dompter depuis ta tendre enfance, a fait naître en toi une série de doutes. Surtout en situation de compétition. Tu es en manque de confiance en toi. Et tu stagnes à nouveau.

Beaucoup de joueurs en restent là et se contentent de rester à leur niveau. Quel dommage.

En fais-tu partie ?

Si oui, tu as oublié de passer au quatrième niveau de compétence… Tu as oublié de te remettre une nouvelle fois EN ACTION afin d’OSER de nouveaux gestes, de nouveaux coups pour titiller ton mental et renforcer ta confiance…

Beaucoup de joueurs en sachant qu’ils savent jouer ne cherchent plus à évoluer. A rêver d’évoluer.

Pourtant, le rêve d’évolution c’est une… révolution, non ?

pecciLe plus bel exemple de Compétence Inconsciente (le quatrième niveau), dans notre beau sport qu’est le tennis, restera pour moi, à jamais, ce retour de lob entre les jambes exécuté pour la première fois par le paraguayen Victor Pecci en demi-finale de Roland Garros en 1979.

J’avais 15 ans et me rappelle que j’en étais tombé de mon fauteuil. Connors en était lui aussi resté stupéfait.

A l’interview de fin de match, le héros du jour a simplement dit qu’il avait fait cela parce qu’il… ne savait rien faire d’autre à cet instant. C’était instinctif, il ne l’avait jamais fait auparavant.

La plupart des joueurs pros savent jouer ce coup aujourd’hui et j’ai passé des heures et des heures à me taper les genoux (et… bien d’autres parties du corps !) afin d’enfin pouvoir le réussir naturellement et flatter mon ego…

entre jambesEt que dire de tous ces coups osés par Maître Federer à Wimbledon en juillet 2015 ?

Une boucle ainsi bouclée dans les quatre niveaux de compétence en appelle une autre vers de nouveaux apprentissages inconnus et forment ainsi « les boucles du développement » qui te permettent de grandir, d’évoluer et, ainsi, continuer de forger une confiance en toi à toute épreuve…

A ce sujet, as-tu commencé à essayer de mieux respirer, sur le terrain comme dans ta vie de tous les jours ?

As-tu déjà pu constater les effets bénéfiques des deux « Asanas » présentés par Véro ? Les autres arrivent, alors accroche-toi.

T’es-tu inventé des moments de « re-création » ?

As-tu commencé à tenter de mieux utiliser la technique de « visualisation » durant tes entrainements ou tes rencontres de compétition ?

Je pourrais continuer ainsi la liste, non ?

OSE donc toi aussi essayer de nouvelles choses et deviens alors un « progresseur performeur » en te donnant

« le droit d’essayer et le pouvoir d’oser… »

Exercice de « l’action partagée »

Mentalix blogDans le même ordre d’idée que pour ton action secrète, tu peux également te lancer des défis hebdomadaires ou même à plus long terme (explose ton originalité…) en en parlant à quelques-uns de tes proches. Cela peut-être tes parents, tes frères et sœurs, ton ou ta chéri(e), un(e) ami(e), ton entraîneur voire ton coach.

N’en fais pas tout un foin, ne poste pas ton projet sur les réseaux sociaux, il faut que cela reste un groupe restreint de personnes qui te connaissent bien. Cela dans le but non pas de te mettre la pression mais de te donner un stimulus intéressant.

Tu peux y mettre aussi « une carotte devant l’âne ». C’est-à-dire que tu peux par exemple proposer un deal avec tes proches du style : « vous m’offrez un resto si je réussis ». Il ne faut pas que cela leur coûte trop cher car ils doivent accepter leur investissement.

Une autre possibilité est de leur confier quelque chose auquel tu tiens énormément et qu’ils peuvent garder en cas d’échec. Leur investissement est moindre et ton enthousiasme en sera peut-être décuplé… Sois créatif.

jonglerPour exemple, j’ai l’habitude d’apprendre à mes élèves de jongler avec trois balles. Cet exercice de coordination est bien plus enrichissant qu’on ne le pense.

Il arrive souvent que certains me proposent de participer à une « action partagée ». Je m’y soumets toujours avec bienveillance. Les résultats sont étonnants parfois…

j’ai rendu son « doudou » à un jeune élève il y a peu. Il me l’avait confié en disant que dès qu’il jonglerait convenablement, je le lui rendrais. Il ne lui a fallu que 5 jours pour récupérer son « porte bonheur »…

Il était fier de lui. Moi aussi.

Exercice de la question qui fait grandir

Aurais-tu la gentillesse de répondre à cette question et m’envoyer ta réponse en commentaire ?

« Qu’est-ce qui t’empêche au tennis d’avoir une confiance inébranlable ? »

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *