La confiance en soi 1. Essai de définition

coluche« La bonne grandeur pour un homme, ce n’est pas quand ses pieds touchent par terre, c’est quand sa confiance en lui grimpe tellement haut qu’aucun doute ne peut ébranler ses convictions. » (Michel Colucci, dit Coluche)

Présentée bien souvent comme unique clé qui mène à la réussite et au bonheur, si la notion de confiance en soi est familière, la compréhension que nous en avons demeure parfois nébuleuse.

Qu’est-ce que la confiance en soi, d’où vient-elle? Quelles en sont ses composantes? Quelles sont les sources qui la développent ou qui l’affectent?

Voilà des questions qui méritent bien un peu d’attention et… ce dossier spécial que je t’ai concocté.

Je commencerai donc d’abord par un essai de définition…

Selon le dictionnaire Larousse, la confiance en soi signifie « être rassuré de ses possibilités ». Cette définition me semble simpliste et je préfèrerais rajouter qu’être en confiance c’est d’abord être conscient du potentiel dont on dispose, de ses compétences ainsi que de sa capacité à accomplir et à réussir des tâches diverses.

Le philosophe Michel Lacroix précise encore, lui, que le potentiel est une alchimie entre

  • ses aptitudes, ce dont on est capable de faire et
  • son enthousiasme,  son envie ou sa raison d’agir.

Et il nous faut, dit-il, « avoir les moyens de ses ambitions et les ambitions de ses moyens ».

On pourrait y ajouter le terme « motivation » mais je pense que, contrairement à l’enthousiasme, elle est moins intérieure car dépendante également d’autres paramètres qui « forcent » à agir… Nous y reviendrons prochainement.

Car la confiance en soi est une force totalement intérieure qui ne se révèle essentiellement qu’au travers de nos ACTES. Il ne peut être question de confiance en soi sans ACTION.

agassi confiantEnsuite, bien qu’elle puisse se développer très tôt dans la vie grâce à une éducation harmonieuse, il m’est difficile de croire qu’un enfant ou un ado « truffé » de confiance sera d’office un adulte confiant ou l’inverse.

Il est exhaustif d’envisager que tout se joue durant l’enfance où l’adolescence, même si beaucoup s’y prépare.

Les études de Boris Cyrulnik, entre autres, sur la résilience, cette force naturelle que possèdent certaines personnes de pouvoir rebondir après des événements difficiles voire tragiques, tenteraient de me donner raison.

Il ne tient qu’à nous, à nos forces intérieures, de choisir la facilité de victimiser ou, a contrario, prendre la peine et la volonté de se responsabiliser.

Car, même si nous croyons assez régulièrement (et surtout sur le terrain…) en manquer, cette extraordinaire ressource naturelle existe bien réellement en chacun d’entre nous.

Plus précisément, la confiance en soi se sème (s’aime ?), se cultive et s’entretient au jour le jour. Elle se partage même.

Elle s’acquiert, se restaure et se développe tout au long de notre vie et le chemin qui y mène passe par différentes étapes que je tâcherai de bien définir tout au long de ce dossier spécial.

confiance 1Enfin, elle forge ou… force aussi petit à petit l’estime de soi, l’évaluation que nous avons de nous-mêmes et de notre système de valeurs qui nous permet d’atteindre nos plus grands objectifs.

La première étape est capitale et nous livre le plus beau secret sur la route d’une plus grande confiance en soi.

Il s’agit justement de toujours et inexorablement PASSER A l’ACTION, la PRATIQUE.

Agir en OSANT PRENDRE DES RISQUES.

Je t’apprendrai très bientôt à savoir en prendre mais en attendant, je te laisse méditer sur cette belle citation de Kierkegaard :

« Oser, c’est perdre pied momentanément. Ne pas oser, c’est se perdre soi-même… »

Exercice de la question qui fait grandir

  •  Aurais-tu la gentillesse de répondre à cette question et m’envoyer ta réponse en commentaire ?

Peux-tu nous partager un mot, une citation, un poème ou tout autre chose qui te pousse à agir?

 

 

12 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *