C’est quoi, toi, ton « Grand Rêve » ?

goffin 1En juin 2012, la Belgique découvre son nouveau talent. Du haut de ses 21 ans, David Goffin se hisse en huitièmes de finales de Roland Garros après avoir été repêché des qualifications suite au forfait de Gaël Monfils. Le « lucky loser » de l’édition 2012 des Internationaux de France s’offre même le luxe d’arracher le premier set contre son idole Roger Federer qui, après sa victoire, promet une brillante carrière au jeune liégeois.

La suite sera plus difficile. Il est toujours plus compliqué de se maintenir à un haut niveau que d’y accéder, c’est trop bien connu. Beaucoup parlent de « trop de pression », de ne pas savoir faire face aux attentes (ou exigences…) de son entourage, du public ou… de soi-même. David n’échappera pas à la règle et la saison 2013 le voit chuter de la 46ème à la 110ème place mondiale.

goffin 2Au milieu de la saison dernière cependant, David s’entoure d’un nouveau staff technique et obtient enfin son premier succès dans un tournoi ATP à Kiztbühel en Autriche, début aout. Il réalisera même une retentissante série de 25 victoires juste avant d’entamer l’US Open où il sera battu en seizième par l’excellent bulgare Dimitrov. Le liégeois était remis en selle.

Cette année aura répondu aux attentes que l’on pouvait avoir à son sujet puisque David a accédé aux seizièmes de Roland Garros et a été battu à Wimbledon par Stan Wawrinka, le vainqueur surprise de Paris, au stade des huitièmes de finales. Aujourd’hui, notre David national s’est donc hissé au 14ème rang mondial, un record pour le tennis masculin en Belgique. Cocorico.

goffin 3Pourtant, après sa défaite à Wimbledon, je suis resté un peu sur ma faim. Je n’oserais jamais remettre en cause toutes les qualités exceptionnelles de notre champion ni son travail remarquable pour accéder à un pareil niveau. Il est évident aussi que ses objectifs sont bien construits et que sa saison est remarquablement planifiée à un rythme qui le guide vers le succès. Nous apprendrons très bientôt comment tout cela se réalise… Mais il m’a semblé malgré tout que David était encore un peu trop tendre voire trop timide devant le géant suisse Ne serait-ce pas une question de manque d’ambition ? David imagine-t-il un jour aller plus loin encore ? Qu’en est-il de son « Grand Rêve » ?

Car je reste persuadé que c’est à partir de cela que tout peut réellement débuter et déboucher sur des résultats exceptionnels. Il faut avoir une ambition hors norme afin de flirter avec les sommets en sachant garder une humilité féconde et un moral en béton parce que l’on y croit vraiment.

C’est ton « Grand Rêve » comme certains l’ont appelé. Celui qui te guide et t’emporte au-delà de tes possibles pour atteindre cette inaccessible étoile dont parlait l’homme de la Mancha de Monsieur Brel.

A l’époque où j’étais instituteur, je débutais toujours une nouvelle année scolaire par la lecture d’un merveilleux conte de Jacques Salomé que j’avais réécrit en fonction de l’âge de mes « loulous ». C’est l’histoire de « l’homme amoureux de la planète Vénus »… Je te le livre aujourd’hui.

vénusIl était une fois un homme amoureux de la planète Vénus. Tous les soirs de ciel étoilé, il observait sa planète adorée sur le seuil de sa porte. Il lui parlait en silence et la contemplait avec un amour inconditionnel. Ne ris pas, cela peut arriver de tomber ainsi amoureux d’une étoile inaccessible. Cela pourrait devenir ta propre histoire à toi aussi un jour.

L’homme se répétait sans cesse que c’était peut-être stupide d’être ainsi mais c’était plus fort que lui. Il était éperdument amoureux. Un soir pourtant, éclairé par un extraordinaire rayon de lune il lui a semblé entendre la voix de sa belle lui supplier de venir la rejoindre : « regarde ce rayon lunaire, approche-toi de lui et si tu m’aimes vraiment, grimpe sur lui, avance ainsi jusqu’au satellite de la terre et là, je t’éclairerai d’un de mes propres rayons afin que tu viennes me conter ton amour… ».

L’homme n’en revenait pas. Il eut beau frotter ses yeux, la lumière était là encore bien présente et la voix de son aimée plus précise encore. Il se leva et commença son ascension incroyable. Arrivé sur la lune, il n’eut aucune hésitation pour découvrir le rayon de sa belle et entamer sa nouvelle route. Sa destinée. Il était comme dans un rêve et tout se déroulait avec tant et tant de légèreté. De simplicité.

Trop sans doute car arrivé à mi-chemin, l’homme se mit à douter. Son pas se fit plus hésitant et ses pensées s’égarèrent. Peut-être comme toi, à la lecture de ce conte. Il ne vit pas la pierre que son pied heurta et qui le fit basculer au-delà du rayon et redescendre sur le seuil de sa porte. Il fallait tout recommencer mais le rayon de lune avait disparu.

Il ne revint jamais et l’homme resta ainsi avec son amour inconditionnel mais déçu. Ce n’est qu’à la fin de sa vie de détails que Vénus lui tendit un dernier message d’espoir : « tu n’as malheureusement pas fait assez confiance en ton Grand Rêve et tu n’as pas eu assez d’estime de toi pour dépasser tes doutes et tes craintes. Nous n’avons su nous aimer mais tu peux encore sauver le reste de ton existence en racontant ton histoire à qui voudra l’entendre… ».

J’ai rencontré l’homme il y a longtemps maintenant. Il semblait heureux à ce moment et soulagé de répondre à la mission de sa belle. Il m’a raconté son aventure en me suppliant de vivre ma vie en me répétant sans relâche ce que lui-même n’avait pas osé croire : « le possible, Thierry, c’est juste après l’impossible… »

Je n’ai jamais oublié et le simple fait d’écrire cette histoire me fait trembler. Il me semble qu’aujourd’hui, j’ai accumulé pas mal de « Grands Rêves » dont beaucoup ont été réalisés et qui m’ont permis de développer cette confiance en moi que j’arbore aujourd’hui très sereinement et humblement. Car je sais aussi tout ce que je dois à ceux qui ont guidé mes pas et ouvert la route du champ de mes possibles. Mes « Maîtres de vie » qui se reconnaîtront et que je ne remercierai jamais assez.

Mon dernier grand rêve date du mois de septembre de l’année dernière. J’étais cloué chez moi après une opération bénigne qui m’a laissé loin des terrains pendant un mois. Tout le temps pour penser à un nouveau défi à relever. Sortir de ma zone de confort et oser une idée qui me taraudait depuis quelque temps. Faire découvrir ma méthode à plus de monde encore. Et pourquoi pas via le Net. Un blog spécialement consacré au mental au tennis.

Je n’ai parlé à personne de mon projet secret. Il était mon « Grand Rêve » et je ne désirais pas de commentaires négatifs ou défaitistes. Puis j’ai commencé à planifier. Fixer des objectifs opérationnels à court, moyen et long terme afin de mettre en place les stratégies et les actions diverses. Il y a une méthode infaillible dont je te parlerai très bientôt.

Mon blog est là aujourd’hui. Mon grand rêve a pris forme et a été mis sur pieds. Une partie de bonheur.

Et toi, t’es-tu déjà demandé quel était ton « Grand Rêve » au tennis ou dans ta vie ? Pourquoi ne te laisses-tu pas emporter, ensorceler par lui afin qu’il te hante assez que pour que tu ne puisses rien faire pour ne pas lui donner vie ? Je t’y aiderai, c’est promis.

Et David, c’est quoi son « Grand Rêve » ? Je pense, moi, qu’il a sa place dans le Top 5…

Thierry, ton coach.

8 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *